Les Fallas de nos jours

Valence, un exemple de modernité, un port méditerranéen et une capitale qui accueille des grands évènements, se transforme au mois de mars pour devenir une ville livrée à ses fêtes, à la musique et à la poudre. Les Fallas, les fêtes du feu par excellence, se maintiennent aussi spectaculaires démesurées et baroques que Valence elle-même depuis des siècles.

Imagen de la Plaza de la Virgen con la Ofrenda - Valencia

Vers la fin de l’hiver, la ville adopte le teint des fleurs et de la poudre afin de recevoir le printemps ainsi que plus d’un million de visiteurs, lesquels parcourent plus de 700 fallas parmi la musique des orchestres et le bruit des mascletàs. Cependant, il ne faut pas oublier que, au long de ces journées, vous pouvez aussi visiter les expositions de l’Institut Valencien d’Art Moderne (IVAM) et du Musée des Beaux Arts San Pío V, visiter la Cité des Arts et des Sciences ainsi que de découvrir l’âme marine de la ville en dégustant une bonne paella après la mascletá.

Le 15 mars, la plantà (Installation des monuments) commence, et toutes les fallas seront bâties le 16 à huit heures du mâtin, pour un total de plus de 700 monuments dont certains font plus de 25 mètres de hauteur. L’art et l’humour s’entremêlent dans des monuments qui, au long de la semaine des fallas du 12 au 19 mars, sont bâtis dans chacune des rues et coins de rue de la ville pour critiquer et caricaturer la vie sociale et politique.

Comme tous les ans, la cridà (appel), l’invitation des Falleras Mayores (Principales) de Valencia, Marta Agustín et María Berbel, à participer aux Fallas, sonne le départ des célébrations. Visiter l’exposition du Ninot, aller voir la plantà, participer dans la Chevauchée du Royaume, contempler les châteaux de feux d’artifice, les corridas, l’offrande de fleurs à la vierge et la Nit del Foc ne sont que quelques unes des activités immanquables au long des fallas, ainsi que la cremà, l’apothéose finale des festivités. Comme un présage du printemps, les fallas sont vécues dans la rue dans le bon temps habituel dans ces dates, et l’odeur de la poudre et des fleurs est accompagnée d’un autre arôme typiquement valencien : celui des buñuelos (beignet sucré). Il est traditionnel de parcourir les rues de la ville en contemplant les fallas tout en jouissant d’un chocolat chaud avec des bunyols de carabassa (beignet sucré de citrouille). A partir du 1 mars à Valence, tout le monde peut se rendre à la place de la mairie à deux heures pour y voir la mascletà, une symphonie de bruit et un véritable spectacle pour les oreilles.

Falla de Micer Mascó - Valencia
Enlaces relacionados PDF

Évalue et partage